• Agenda

    • - 9 janvier : inauguration de la permanence
    • - 11 janvier, 17h : commission jeunesse et sports
    • - 23 janvier, 17h30 : commission culture
    • - 28 janvier, 17h30 : commission finances
  • Nadine Rivet

    Nadine Rivet 2012

  • Née à Limoges, fille de commerçants installés en milieu rural j'ai fait des études secondaires au lycée Renoir et universitaires à la Faculté de Droit. Titulaire d'un DEA de droit privé, j'ai été recrutée par le directeur régional du travail de l'époque en 1978, administration qui, au gré des réformes dont la dernière n'est pas la moindre, est devenue la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIRECCTE). Installée à Limoges depuis 1977. Divorcée avec deux fils et grand-mère d'un petit garçon.
  • Retrouvez-moi sur Facebook !

  • Vous avez la parole !

    Quelle est selon vous l'action prioritaire à mener à Limoges ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...
    • Album : Vernissage Corinne Gourré
      <b>photo copie 3</b> <br />
  • Banque d’images

Intervention au Conseil municipal du 30 novembre

Posté par Nadine Rivet le 3 décembre 2012

 

Intervention au Conseil municipal du 30 novembre dans Commerce img00035201108121301.vignetteMonsieur le Maire,

Mes chers collègues,

Un mot en préambule. En ce jour où la ministre du Droits de Femmes présente ses propositions pour améliorer l’égalité femmes/hommes, j’aimerais faire remarquer à mes collègues que de presque parité (28 hommes, 27 femmes), nous sommes passés par le jeu de défections de diverses natures à 30 hommes pour 25 femmes.

Je ne vous savais pas, monsieur le maire si sensible aux prédictions du calendrier maya qui, selon certains, situent la fin du monde ou, au mieux, un cataclysme naturel, le 21 décembre 2012. C’est, à n’en pas douter, la raison pour laquelle vous avez refusé l’ouverture des commerces le dimanche 23 décembre, ce n’est même pas parce que les éventuels clients n’auront plus d’argent, fin de mois oblige, c’est parce qu’ils n’existeront plus. Pourquoi alors prolonger le marché de Noël de la Place de la République jusqu’au 24 décembre ? Les clients ont peut-être plus d’argent à dépenser dehors qu’à l’intérieur des magasins, ou peut-être voulez vous favoriser le marché forain à vos commerces pérennes ?

Toutes les études montrent pourtant que la période de Noël est par excellence le moment où les ménages dépensent le plus.

Trêve de plaisanteries donc et rappelons les termes de l’article L3132-26 du code du travail : « dans les établissements de commerce de détail où le repos hebdomadaire a lieu normalement le dimanche, ce repos peut être supprimé les dimanches désignés, pour chaque commerce de détail, par décision du maire. Le nombre de ces dimanches ne peut excéder 5 »…..

C’est dans ce cadre que nos commerçants se battent pour l’ouverture de leur magasin le 23 décembre prochain :

- ils sont unanimes compte tenu de la proximité de Noël et des courses de dernière minute inévitables,

- les salariés, malgré ce qu’en disent certaines organisations syndicales, ont un intérêt certain à travailler ce dimanche puisqu’ils sont payés double et que la règle est le volontariat. Si les commerces sont ouverts illégalement, les salariés en seront pénalisés.

- les communes avoisinantes mais hors de l’agglomération de Limoges Métropole ont permis cette ouverture, à Couzeix, Bellac, St Yrieix, St Junien mais aussi dans les départements voisins, Brive, Tulle, Guéret.

On aboutit à une situation ubuesque où les commerçants se voient conseiller de déposer une demande individuelle auprès du préfet de département en application de l’article L3132-20 pour une autorisation préfectorale. Les services de la Préfecture sont donc submergés de demandes (plus de 200), c’est ainsi que Family Village, si cher à notre maire, sera probablement ouvert, les centres commerciaux de Corgnac et de Boisseuil, le centre St Martial également.

En toute hypothèse, même en l’absence d’autorisation, ils seront ouverts.

Comment justifier cette différence de traitement entre commerçants et pour leurs salariés ?

La situation économique de Limoges la justifie-t-elle ?

Ne dispose-t-on à Limoges que de ce seul moyen de se faire remarquer ? Vous vous félicitez de l’organisation de l’élection de Miss France à Limoges, ça nous procure effectivement une belle notoriété mais avez-vous interrogé les organisateurs sur cette question ? Je pense que vous perdriez beaucoup de votre image.

C’est grotesque et pitoyable. Incitez les commerçants à contrevenir à la loi et y intégrer leurs salariés !

Il est vrai que le centre ville a les moyens de soutenir une telle contre-publicité !Je propose régulièrement à votre réflexion mes constats. Nous avons une centre-ville mort. Je ne parle pas des commerces fermés dans l’hyper-centre, il y en a trop. Je veux parler des vitrines allumées.

Entre le carrefour Tourny, la place des Carmes, le boulevard Louis Blanc et la place Denis Dussoubs, c’est-à-dire à peu près sur 20.000 m2, on compte :

- 15 magasins d’optique,

- 15 mutuelles,

- 27 agences immobilières.

Il est vrai qu’il faut bien des lunettes, mieux remboursées par les mutuelles, pour déceler les vices cachés des locaux qu’on propose à la location ou à la vente !

Autour de nous, à Brive, à Guéret, les maires conscients de la dévitalisation des centres urbains ont décidé de réagir et de nommer des chargés de mission pour trouver des solutions à cette problématique. Rendre le centre ville plus vivant, plus accueillant, plus convivial constitue leur objectif.

A Limoges la chambre des Métiers et de l’Artisanat comme la Chambre de Commerce me paraissent très favorables à ce type d’initiative.

On peut réfléchir à plusieurs formes possibles d’interventions :

- prendre des dispositions permettant d’améliorer le stationnement des clients, je reprends l’exemple de nos propositions de campagne : 1ère demi-heure de stationnement gratuite mais aussi mise à disposition d’un mini bus gratuit sur une tournée en hyper-centre,

- recenser les commerces fermés depuis plus d’un an pour entamer un dialogue avec les propriétaires et favoriser leur reprise,

- attirer de nouvelles enseignes en participant à leur implantation, comme vous l’avez fait pour Family Village,

- animer le centre-ville autrement que par des animations thématiques ponctuelles(bio, goût …) qui amènent des curieux, quelques acheteurs mais ne procurent pas beaucoup de bénéfice au commerce local. Pour cela il faut travailler davantage en partenariat avec les associations de commerçants,

- étendre les plages d’ouverture des Halles qui dans beaucoup de villes, en France comme à l’étranger, sont ouvertes toute la journée, mais aussi en améliorer les conditions d’accueil. Monsieur le maire, quelle réponse avez-vous apporté à la pétition signée en début d’année pour mettre les Halles Centrales hors gel ?

Pour tout dire, je pense qu’il est urgent d’organiser une concertation sur le fond du problème avec tous les protagonistes : institutions, représentants de commerçants et représentants d’usagers.

Et dans ce débat, n’oubliez pas les salariés qui sont, eux aussi, bien impliqués, pour beaucoup à temps partiel ou rémunérées au SMIC. Leurs conditions de travail doivent nous interpeller et je ne connais pas les mesures prises par une gouvernance locale socialiste ou peut-être juste sociale ? pour les aider à assumer simplement le coût mensuel de leur stationnement.

Je vous remercie de votre attention et surtout de vos réponses.

Laisser un commentaire

 

politiquementelles |
Verité sans masque |
citoyentunisien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | omarslami
| mbz1
| les acteurs de l'essonne